Zones d’exploitation minière : La Sonamines soutient la scolarisation des enfants

L’opération « Zéro enfant dans la mine » lancée par Société nationale des mines, vise entre autres à soutenir les établissements scolaires en matériels pédagogiques et en fournitures scolaires.

Le 21 septembre 2021, 153 élèves de l’école publique de Kambélé III, département de la Kadey région de l’Est ont reçu des dotations en manuels scolaires, offerts par la Société nationale des mines (Sonamines). C’était dans le cadre de la phase pilote de l’opération « Zéro enfant dans la mine ». L’objectif de cette initiative lancée par la Sonamines est d’œuvrer au recensement des enfants travaillant dans les sites miniers dans les régions de l’Est et de l’Adamaoua.

L’opération vise également à soutenir les établissements scolaires  en matériels pédagogiques et en fournitures scolaires, outre l’attribution des bourses de mérite en fin d’année scolaire et le suivi du parcours des élèves scolarisés. La Sonamines va aussi accompagner les parents de ces élèves pour la délivrance d’actes de naissances et contrôler régulièrement les sites dans lesquels ces enfants sont susceptibles de travailler.

« Nous avons voulu œuvrer pour faire régresser cette gangrène sociale et aider à la réinsertion des enfants dans le système éducatif à travers l’opération Zéro enfant dans la mine. Nous avons également entamé le recensement des coopératives d’artisans minier. Lorsque tous les exploitants seront dans des coopératives, nous allons faire signer aux parents  des lettres par lesquelles ils s’engageront  à ne plus envoyer les enfants dans les sites miniers» a expliqué Serge Hervé Boyogueno, directeur général de la Sonamines dans les colonnes de Cameroon Tribune du 29 septembre 2021.

Il faut préciser que cette opération lancée par la Sonamines, fait suite à la récente décision de Gabriel Dodo Ndoké, ministre des Mines, de l’industrie et du développement technologique (Minmidt) interdisant la présence des enfants en âge de scolarisation sur les chantiers miniers. L’interdiction du gouvernement survient dans un contexte où des ONG condamnent le travail des enfants mineurs dans les sites miniers au Cameroun et notamment à l’Est du pays.

L’association Forêts et développement rural (Foder) a recensé au total 157 décès sur les sites miniers du Cameroun entre 2013 et avril 2021. Parmi ces morts, 25 % sont dus aux noyades et éboulements de terrain causés par des trous à ciel ouvert laissés par des exploitants. Sur les 157 morts, 53 % sont des hommes contre 11 % de femmes, le reste, soit 36 %, n’étant pas défini. Sur les 100 morts, dont les âges sont connus, 38 ont entre 0 et 20 ans.

Jean Daniel Obama

Check Also

Exploitation minière : CAMALCO consulte les populations dans l’Adamaoua

Dans un communiqué, Pierre Hele, ministre camerounais de l’Environnement, de la protection de la nature …