Un forum pour développer les chaînes de valeur agricoles en Afrique

Le partenariat entre la Banque pour me développement économique en Afrique et l’Organisation des Nations-Unis pour l’alimentation et l’agriculture, vise également le développement des capacités et l’esprit d’entreprise en particulier pour les femmes et les jeunes.

Les 29 et 30 avril 2021, la Banque pour me développement économique en Afrique (Badea) et l’Organisation des Nations-Unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), ont officialisé leur partenariat. Les travaux étaient co-organisés par la Banque africaine de développement (BAD) et l’International fonds de développement agricole (Fida).

L’objectif est de développer les infrastructures et chaînes de valeurs agricoles, impliquer le secteur privé et booster l’agri-investissement. Ledit partenariat vise également le développement des capacités et l’esprit d’entreprise en particulier pour les femmes et les jeunes, le long des chaînes de valeurs agricoles. L’accroissement de la production, la productivité de l’agriculture durable, les systèmes alimentaires et la productivité y compris la santé animale font partie des priorités du nouveau partenariat.

Dans le cadre d’un accord de prêt, la Badea avait octroyé en 2013, une enveloppe de 3,75 milliards FCFA au gouvernement camerounais pour le financement du projet de construction et d’équipement du lycée Technique de Ombe. Egalement en 2018, le chef de l’Etat Paul Biya, avait signé un décret habilitant le ministre de l’Economie, de planification et de l’aménagement du territoire (Minepat) à signer un accord avec la Badea d’un montant de 15 milliards FCFA.

Ledit financement devait servir à l’importation d’engrais au profit de la Société de développement du coton (Sodecoton), au titre d’appui devant permettre la restructuration de cette entreprise qui encadre plus de 250 000 producteurs.

Jean Daniel Obama

Check Also

Trois nouvelles initiatives de l’Union européenne pour lutter contre la déforestation

Ces mesures pour protéger l’environnement visent en priorité l’huile de palme, bois, cacao, café, soja, …