Trois voisins du Cameroun menacés d’insécurité alimentaire aiguë selon la FAO

Le Nigéria, le Tchad et la République Centrafricaine font partie des 17 pays dont l’alimentation de la population sera très impactée par les conséquences dévastatrices du Covid-19 lors des quatre prochains mois.

L’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM), ont publié le 30 juillet 2021, une nouvelle alerte sur le risque d’insécurité alimentaire. Cette fois, l’alerte lancée par les deux organisations concerne 17 pays africains en insécurité alimentaire aiguë. Cette nouvelle crise complique la lutte contre le changement climatique qui reste pourtant un défi majeur pour le continent.

Il s’agit du : Burkina Faso, Mali, Niger, Angola, Centrafrique, le Tchad, la RDC, Ethiopie, Kenya, Madagascar, Mozambique, Nigeria, Sierra Léone, Libéria, Somalie, Soudan et Soudan du Sud. Ces 17 nations font partie des 23 « points chauds de la faim ». Selon ledit rapport, pour la période août-novembre de cette année, les conflits, les extrêmes climatiques et les chocs économiques, souvent liés aux retombées économiques du Covid-19, resteront probablement les principaux facteurs d’insécurité alimentaire aiguë.

Bien que ne faisant pas partie de ce top 17 des pays en insécurité alimentaire aiguë, le Cameroun reste néanmoins concerné d’une façon ou d’une autre, à cause de l’implication de ses voisins, à l’instar du Nigéria, le Tchad et la République Centrafricaine. L’on risque d’assister un flux de réfugiés issus de ces pays dans les prochains mois.

Pour mémoire, le ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader), le PAM et la FAO entre autres, ont conduit une Enquête nationale sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle (Ensan) au mois de septembre 2020. De cette enquête, il en ressort qu’environ 2,7 millions de personnes sont en insécurité alimentaire aiguë au Cameroun pour la phase courante d’octobre-décembre 2020 et 2,3 millions (9%) en phase projetée (Juin-Août 2021). La grande majorité de ces personnes se trouvent dans les régions de l’Extrême-Nord, Nord-Ouest, Littoral et Sud-Ouest et Adamaoua.

Le rapport publié le 30 juillet 2021 par le PAM et la FAO indique que les menaces transfrontalières, comme les infestations de criquets pèlerins dans la Corne de l’Afrique et les essaims de criquets migrateurs africains en Afrique australe constituent aussi un facteur aggravant dans certaines régions. Une situation qui n’est pas arrangée par les obstacles bureaucratiques et le manque de financement pour mettre en œuvre les programmes d’aide de l’ONU.

Jean Daniel Obama

 

Check Also

Trois nouvelles initiatives de l’Union européenne pour lutter contre la déforestation

Ces mesures pour protéger l’environnement visent en priorité l’huile de palme, bois, cacao, café, soja, …