Trois nouvelles initiatives de l’Union européenne pour lutter contre la déforestation

Ces mesures pour protéger l’environnement visent en priorité l’huile de palme, bois, cacao, café, soja, viande de bœuf.

Le 17 novembre courant, la Commission européenne a adopté trois nouvelles initiatives dans la cadre de son pacte Vert pour l’Europe, dont la proposition d’un règlement tendant à prévenir l’importation de matières premières agricoles liées à la déforestation. Ces initiatives demandent aux entreprises commercialisant un produit de prouver que leur chaine d’approvisionnement mondial ne contribue pas à la destruction des forêts.

Il est question pour l’Union européenne (UE), d’assurer la traçabilité des produits qui arrivent sur le sol européen, afin de garantir à l’acheteur européen, que le produit n’est pas issu de la déforestation. Les contrôles vont s’exercer grâce aux drones et photos satellites et la liste de ces produits de base sera mise à jour en fonction de l’évolution des modèles de déforestation.

La Commission de l’UE explique qu’avec cette initiative pionnière, elle franchit une étape décisive en allant au-delà de la déforestation illégale pour s’attaquer à tout déboisement dû à l’augmentation des terres agricoles pour la culture des produits couverts par le règlement.

A l’occasion de la publication des premiers résultats de sa nouvelle prospection mondiale par télédétection lors de la COP26 tenue à Glasgow en Ecosse du 1er au 12 novembre 2021, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a déclaré que l’expansion agricole était responsable de près de 90% de la déforestation dans le monde, ce qui représente un impact bien supérieur à ce qui était estimé jusqu’ici.

La FAO indique que 420 millions d’hectares de forêt ont disparu depuis 1990. La production durable défendue par l’UE, porte sur l’élaboration et la mise en œuvre de normes qui contribuent à la production durable de ces produits et la protection des forêts, tout en ayant un impact social et économique positif dans les pays de production, ainsi que sur le repositionnement et la commercialisation de ces produits.

Pour ce qui est du Cameroun, le pays travaille déjà à assurer la traçabilité de 100 % de l’approvisionnement en cacao bord champ à partir des entrepôts, en passant par  les ports d’embarquement d’ici fin 2025.

Le ministère du Commerce (Mincommerce) travaille en collaboration étroite avec le secteur privé et les organisations de producteurs à travers les bassins de production du pays pour l’élaboration d’un plan d’action en vue de la traçabilité, assorti d’échéanciers clairs, qui sera mis en œuvre étape par étape pour assurer la traçabilité et la vérification complètes.

Jean Daniel Obama

Check Also

CAMEROUN : l’augmentation des droits de sortie sur le bois de grume exporté n’offre aucune garantie quant à la fin de la déforestation

COMMUNIQUE GREENPEACE Afrique Dans le projet de loi des finances pour l’année 2022 actuellement en …