Près de 4 000 pieds de Moabi coupés chaque année au Cameroun

Le chiffre a été publié dans une enquête conjointement réalisée par le Centre pour l’environnement et le développement (CED) et l’association Noé.

« Moabi : menace d’une surexploitation ». C’est le titre de l’enquête conjointement réalisée par le Centre pour l’environnement et le développement (CED) et l’association Noé, autour de la réserve de biosphère du Dja. De cette étude, il en ressort qu’en moyenne, 12 000m3 sciages sont officiellement exportés chaque année au Cameroun.

Selon l’information contenue dans l’hebdomadaire Cameroon Business Today du mercredi 15 septembre 2021, l’une des principales menaces du Moabi est l’exploitation forestière illégale. Le journal explique que les enquêtes de terrain menées auprès de 43 ménages (représentant 480 personnes) des villages Bifolone, Ntoumzock, Nemeyong, Kabilone et Bitsina dans la région de l’Est révèle que le Moabi est coupé systématiquement et l’arbre se négocie à environ 200 000 FCFA ou 20 000 FCFA par mètre cube.

Selon les chiffres du Centre pour l’environnement et le développement, entre 2009 et 2018, le volume en mètre cube de cette essence à destination de la France est passé de 8 823 à 9 572. Pour ce qui est de la Belgique, les exportations sont passées de 2 333 à 3 505 sur la même période. Ces échanges entre le Cameroun et les autres pays sont passés de 721 à 928m3.

Sur l’ensemble des Unités forestières d’aménagement (UFA) du pays, le taux de reconstruction moyen est de 15,9%. Ce qui se traduit par une réduction significative du nombre d’arbres exploitables au cours de la rotation, et à long terme par une raréfaction des semences.

Anne Solange Ngono

Check Also

Le Cameroun et la République Tchèque signent un accord pour sauver la biodiversité

Outre la sensibilisation des élèves et étudiants, le document paraphé le 10 août courant va …