« nous allons ouvrir des discussions de fond pour voir quels types de solutions nous pouvons adapter à notre contexte»

Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre camerounais du commerce

Ce n’est plus un secret pour personne, le marché international est en proie à des difficultés qui sont des conséquences de la pandémie de Coronavirus. On parle des effets secondaires et on les voit en termes de santé, mais il y a aussi des effets secondaires sur le plan économique. L’explosion des prix de certaines matières premières, sinon de l’essentiel des matières premières à l’importation et l’implosion cette fois, du coût du transport maritime.

Les taux de fret maritime à destination de l’Afrique ont été pratiquement multipliés par trois en quelques mois. La rareté des containers et l’indisponibilité des navires eux-mêmes, tout cela s’est traduit par un renchérissement des prix sur les différents marchés, pas simplement au Cameroun, mais surtout sur le continent africain. La question de la disponibilité  des produits qui dépendent des importations se trouve donc posée.

On a vu dans ce genre de situation, un affolement, un emballage de certains prix. Il fallait que chacun reviennent à la raison, concernant notamment le prix des matériaux de construction, le ciment, le fer à béton et les tôles de couverture. Les principales conclusions auxquelles nous sommes parvenues, c’est que nous allons ouvrir des discussions de fond pour voir quels types de solutions nous pouvons adapter à notre contexte.

Il y a des efforts qui doivent être faits par les industries elles-mêmes. Il peut y avoir une forme d’accompagnement des pouvoirs publics à définir. Mais en attendant, nous refusons le fait accompli, qui consiste à décider unilatéralement comme certains ont cru devoir le faire, de procéder à une augmentation sans concertation.

Extrait publié dans Cameroon Business Today numéro 218 du mercredi 28 juillet 2021

Check Also

Entrepreneuriat : Des jeunes mieux outillés dans la création d’emplois

L’évènement organisé par Youth Employment Services (Yes Cameroon) à Yaoundé jeudi 25  novembre courant, avait …