Le projet Reboisement 1 400 passé au scanner

Evaluation

Le projet Reboisement 1 400 passé au scanner

Les responsables du Centre technique de la forêt communale et de l’Union européenne ont présenté hier à Yaoundé, les résultats des deux précédentes phases sylvicoles du programme.

Bodelaire Kemajou, directeur du Centre technique de la forêt communale (Ctfc) et Stéphane Sourdin, représentant de l’Union européenne (UE) et responsable de la section environnement à la Délégation de l’UE en charge du suivi du le projet « Reboisement 1 400 », sont tous souriants. Les deux responsables viennent de présenter à la presse nationale et internationale, les résultats à mi-parcours dudit projet. C’était hier mardi 18 mai 2021 dans un hôtel de place à Yaoundé.

En effet, le projet entre dans sa troisième saison sylvicole sur les quatre prévues par le programme. 2 400 hectares de plantations ont déjà été mis en place sur les 1 400 projetés par les partenaires du Ctfc au bout de quatre années, outre les plantations d’alignement et des arbres en milieu scolaire.

A en croire la présentation du responsable du Ctfc et de l’UE, le processus institutionnel et les initiatives sylvicoles sont maîtrisés par les acteurs communaux. Sur les 1 000 hectares de plantations forestières attendus sur les 04 ans dans la région du Nord et de l’Extrême-Nord, 1858,55 hectares en plein et 52 684 m de plantations d’alignement sont réalisés et disponibles.

En ce qui concerne la traçabilité et la légalité du bois, le Ctfc et ses partenaires ont accompagné près de 10 communes bénéficiaires dans le montage et le dépôt d’un appel à manifestation d’intérêt relatif à la sélection de quelques communes partenaires dans l’utilisation durable des ressources forestières et de la biodiversité.

C’était avec l’appui de certaines structures, à l’instar de la coopération allemande GIZ, le ministère de l’Environnement, de la protection de la nature et du développement durable (Minepded) et du ministère de la Forêt et de la faune (Minfof). Selon les estimations du Ctfc à ce jour, au moins 80% des clauses contractuelles sont exécutées, conformément aux procédures du projet.

« Ce projet est porteur d’un gisement d’emplois pour les populations. L’on a parlé de plus de 3 000 emplois et ce projet est devenu le principal employeur des différentes communes où il est implémenté. Dans la commune de Lagdo par exemple où il est prévu 1 000 hectares d’anacardes, ce projet va employer au moins 300 personnes en permanence pendant au moins vingt-cinq ans » selon Bodelaire Kemajou.

Jean Daniel Obama
 
Stéphane Sourdin
 
« Nous restons dans le Noso et l’Extrême-Nord malgré le contexte sécuritaire»
 
Le responsable de la section environnement à la Délégation de l’UE en charge du suivi du le projet « Reboisement 1 400 » revient sur les avancées du partenariat avec le Ctfc.

En restaurant 1 400 hectares de forêt ce projet financé par l’Union européenne apporte sa pierre à ce projet ambitieux. Nous l’avons entendu, le projet avance très bien et pratiquement le double de l’objectif a déjà été planté. Sachant qu’avec les pertes que vont engendrer la transhumance des animaux, les feux de brousse et la sècheresse, nous devrions obtenir au final, au moins 1700 hectares durables à la fin du projet. Je tiens à souligner deux points assez remarquables. D’abord, le succès du projet, notamment à Lagdo, résulte d’une excellente collaboration entre les communes et le secteur privé. Deuxièmement, dans la région de l’Extrême-Nord, du Noso (Nord-Ouest et Sud-Ouest) ce projet financé par l’Union européenne est le seul et l’unique qui continue à soutenir les habitants dans un contexte de terrorisme. Il y a des partenariats publics-privés qui ont été signés et ils vont permettre à l’exploitation de noix de cajou pour aider les populations sur le long terme.

Propos recueillis par J.D.O

Tableau de suivi des plantations projet Reboisement 1 400 dans la zone de savane sèche en décembre 2020

 

Communes bénéficiaires de la zone de savane sèche

Superficies regarnies réunies des sites plantés en 2019

Superficies mises en terre en 2020

Superficies totales à évaluer

Mokolo

36 ha

200 ha

236 ha

Mogodé

8 ha

38,35 ha

46,35 ha

Koza

10,7 ha

62,7 ha

73,4 ha

Wasa

42ha

57 ha (dont 50 ha de plantation mixte, 4 ha Moringa et 3 ha anacardiers)

99 ha

Guémé

6 ha

89 ha

95 ha

Yagoua

14,83 ha

62,17 ha

77 ha

Kaélé

16,8 ha

43 ha

59,8 ha

Pitoa

6 ha

150 ha

156 ha

Lagdo

390 ha

576 ha

966 ha

Kousséri

0 ha

A évaluer

A évaluer

Mora

0 ha

50 ha

50 ha

Tableau de suivi des plantations projet Reboisement 1 400 dans la zone de transition en décembre 2020

 

Communes bénéficiaires de la zone de savane sèche

Superficies regarnies réunies des sites plantés en 2019

Superficies mises en terre en 2020

Superficies totales à évaluer

Bangangté

34 ha

47 ha

81 ha

Dimako

15 ha

56 ha

71 ha

Ndikiniméki

18 ha

51 ha

69 ha

Nyambaka

54 ha

29 ha

83 ha

Tonga

18 ha

33 ha

51 ha

Yoko

30,5 ha

50 ha

80,5 ha

Tubah

0 ha

6,5 ha

6,5 ha

Source : Centre technique de la forêt communale

Check Also

Gouvernance : Le Cameroun va actualiser sa politique forestière 28 ans après

Jules Doret Ndongo, ministre des Forêts et de la faune (Minfof), vient de lancer un …