Lac Tchad : Près de 1 885 agriculteurs et pêcheurs formés et équipés

La réunion du comité du projet « Facilité régionale pour la stabilisation du bassin du Lac Tchad – Fenêtre du Cameroun » s’est tenue le 26 mai 2021 à Yaoundé. L’objectif des travaux des travaux était d’évaluer l’impact économique et social de la première année du programme sur les populations des régions de l’Extrême-Nord et du Nord qui sont les zones d’implémentation du programme.

Ledit outil lancé le 17 juillet 2019 à Niamey au Niger, relève d’un Programme des Nation-Unies pour le développement (Pnud). Grâce à l’appui des bailleurs de fonds, le gouvernement camerounais et ses partenaires se disent satisfaits des avancées sur le terrain. La réouverture des établissements scolaires et de certains lieux de commerces présagent à en croire le gouvernement, d’un retour progressif de l’économie dans ces zones. En termes de bilan chiffré du programme, 1 885 agriculteurs et pêcheurs ont été formés et équipés, avec 1 825 bénéficiaires d’activités économiques.

Grâce à un cofinancement de 4,92 milliards FCFA octroyé par l’Union européenne, le Royaume uni, le Pnud et  l’Allemagne, l’on note la formation de 157 officiers de police judiciaire et la création de cinq centres de stabilisation. Dans le développement des services de base, 37 points d’eau ont été aménagés, 38 infrastructures publiques construites et 20 KW d’électricité produits.

Ces deux régions, objet de défis structurels séculaires tels que l’insécurité alimentaire, la malnutrition, les épidémies, l’assèchement du lac Tchad, font face ces dernières années à l’afflux des réfugiés et des déplacés internes du fait de la crise sécuritaire que connait la région du lac Tchad.

C’est dans le but de remédier à cette situation qui concerne quatre pays du bassin du lac Tchad (Tchad, le Niger, le Nigéria et le Cameroun) que la Commission du bassin du lac Tchad, en collaboration avec plusieurs partenaires au développement dont le Pnud, a adopté une stratégie régionale de stabilisation.

Dans le cas spécifique du Cameroun, le Pnud s’est engagé a développé un guichet national en se concentrant sur les deux axes majeurs d’intervention. Il s’agit de la stabilisation immédiate des zones spécifiques, débarrassées de l’emprise de la secte terroriste Boko Haram. Néanmoins, le Pnud indique que certaines communautés restent vulnérables à des infiltrations et des attaques continues.

D’autre part, il est question pour le Cameroun et ses partenaires de mettre en œuvre des activités communautaires le long des couloirs humanitaires en coordination avec les forces de sécurité et les autorités locales, pour maintenir le processus de retour.

Anne Solange Ngono

 

Check Also

Trois nouvelles initiatives de l’Union européenne pour lutter contre la déforestation

Ces mesures pour protéger l’environnement visent en priorité l’huile de palme, bois, cacao, café, soja, …