La région de l’Ouest présélectionnée pour abriter la ferme Grand parentale de la CEEAC

C’est ce qui justifie la présence au Cameroun d’une délégation d’experts de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC)

Le Cameroun est présélectionné pour abriter la ferme Grand parentale de  la Communauté économique des Etats de  l’Afrique Centrale (CEEAC). L’Union africaine (UA) qui a initié le projet, a récemment déployé une équipe d’inspection des sites pouvant abriter le projet au Cameroun, notamment dans la région de l’Ouest. L’objectif du projet est entre autres de réduire le coût de la volaille dans cette partie de l’Afrique.

Bachirou Moussa Ndensa, expert de CEEAC a expliqué sur les antennes de la télévision Canal 2 International lundi 23 août 2021 que la présélection du Cameroun est une fierté nationale  et une fierté également au niveau de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale. La visite des experts de la CEEAC s’effectue dans le cadre du processus de désignation d’un pays de l’Afrique Centrale, pouvant abriter cette structure.

« Nous avons le souci d’avoir l’indépendance et l’autosuffisance alimentaire dans ce secteur pour la production des poussins d’un jour et des œufs à couver, pour laquelle une bonne partie est importée par le Cameroun actuellement », a indiqué Jean Daniel Ayamapi, opérateur économique dans le secteur avicole.

En novembre 2020, du fait de la pandémie de Covid-19, le Cameroun avait fermé son marché aux importations de poussins d’un jour et des œufs à couver. L’objectif était de se prémunir contre la grippe aviaire. Mais les besoins de la filière avicole locale avaient obligé le gouvernement camerounais à quelques concessions. Le 22 mars 2021, Dr Taïga, ministre de l’Elevage, des pêches et des industries animales (Minepia), avait alors adressé une correspondance à l’ambassadeur du Brésil au Cameroun.

Il était question pour le Cameroun de diversifier ses fournisseurs d’intrants et d’accepter l’importation de produits et sous-produits aviaires du Brésil, dans le respect des exigences sanitaires et zoosanitaires du Cameroun et du Brésil, selon les normes de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

Jean Daniel Obama

Check Also

Les experts du PDCVEP harmonisent leurs connaissances des documents à Foumban

La ville de Foumban dans la région de l’Ouest Cameroun, a abrité du 26 au …