La BAD prépare un programme de valorisation des déchets solides au Cameroun

Ceci grâce à un financement du Fonds africain de développement.

Le Cameroun dans sa perspective de développement durable a signé plusieurs accords multilatéraux sur l’environnement notamment ceux relatifs aux produits chimiques et aux déchets. La gestion adéquate des déchets et des produits chimiques est une composante essentielle du développement durable.

Grâce à un financement du Fonds africain de développement (FAD), sur les ressources du Fonds d’Assistance technique pour les pays à revenu intermédiaire (FAT-PRI), le Cameroun va lancer un projet d’étude des flux de valeurs et de préparation d’un programme de valorisation des déchets solides. Il s’agit concrètement pour le pays de réaliser un diagnostic du cadre juridique et institutionnel, technique et financier de la gestion de ses déchets solides.

Les fonds serviront à faire une caractérisation et une quantification des déchets solides au Cameroun, outre les propositions d’amélioration des techniques de collecte et valorisation économique et industrielle des déchets solides urbains à travers le pays. Les experts vont également élaborer un draft du document du programme de valorisation économique et industrielle de ces déchets et organiser une table-ronde des bailleurs potentiels.

Cependant, certains indicateurs des Objectifs de développement durable (ODD) destinés au suivi des produits chimiques et des déchets et de leurs effets sur l’environnement et la santé humaine ne comportent pas des données régulièrement collectées ou communiquées par les pays Parties.

Selon les conclusions du projet Chemicals and waste in the 2030 dont l’atelier de validation du rapport national de données statistiques sur les déchets et produits chimiques au Cameroun s’est tenu en juin 2019 à Yaoundé, des normes ou de méthodes de collecte de données convenues à l’échelle internationale n’existent pas.

« D’où la nécessité de mettre sur pied de commun accord, des outils de collecte de données pouvant générer des statistiques sur les quantités de produits chimiques et déchets manipulés de manière écologique dans chaque pays, membre des conventions internationales sus évoquées » avaient les experts réunis dans cet atelier.

Jean Daniel Obama

Check Also

Près de 4 000 pieds de Moabi coupés chaque année au Cameroun

Le chiffre a été publié dans une enquête conjointement réalisée par le Centre pour l’environnement …