Doing Business in Africa  : Une plateforme pour fédérer les femmes dans le Made In Cameroun

L’initiative lancée à Yaoundé par Justine Diffo Tchunkam prévoit entre autres, l’ouverture de 2 000 comptes la première année.

La salle des conférences du Groupement des femmes d’affaires du Cameroun (Gfac) à Yaoundé a abrité mardi 19 octobre 2021, les travaux du lancement des activités de la plateforme Doing Business In Africa (DBA 30) et la Mutuelle d’inclusion sociale et de solidarité (Miss SA 30) avec pour thème : « Vers une économie sociale et solidaire pour tous ». L’objectif des travaux était de présenter le plan stratégique quinquennal  2021-2025 de la Miss SA.

Suivant les perspectives, en 2022, la Miss SA sera dans une logique d’agrément, d’installation et de rodage de ses membres. A cet égard, elle espère s’adjuger cinq pour mille des parts de marché  de sa catégorie sur tous les aspects de son objet social. En 2023, elle va tenter de conquérir 2% de part de marché de sa catégorie et un an plus tard, Miss SA envisage une croissance linéaire de 10% chaque année pour tous les postes.

« Il faut dire que le mouvement More Women in Politics a fini par penser qu’il fallait créer More Women In Business. Mais en créant More Women in Business, on mettait de côté l’indicateur de l’inclusion sociale. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, nous avons voulu agir sur les inégalités par l’inclusion sociale. Nous avons décidé de tisser des nouvelles solidarités et produire l’innovation sociale. Cette innovation sociale nous renvoie à la promotion de la production locale parce que la plateforme Doing In Africa mise sur pied afin d’accompagner la production locale, est une plateforme qui dispose également d’un showroom digital Made in Cameroon » a expliqué Justine Diffo Tchunkam, initiatrice du projet.

L’on a également appris de cette dernière que c’est dans ce showroom que les produits locaux pourront être présentés hors des frontières du Cameroun. Un système de paiement en ligne a déjà été développé à cet effet. Il va permettre aux producteurs, au-delà de l’exposition, de pouvoir vendre leurs produits. « C’est cette valeur ajoutée que nous avons voulu apporter à la promotion des produits locaux dans l’optique évidemment de préparer nos producteurs à l’accès à la Zone de libre-échange continentale (Zlecaf) » a souligné Justine Diffo Tchunkam.

Toujours selon les prévisions, en 2022, les parts de marché (ressources et réemplois) de la Miss SA seront de 0,5% dans sa catégorie. Dès 2024, l’organisation connaitra une croissance endogène de 10% au cours des années suivantes. Le taux forfaitaire d’octroi de crédit est de 15%. Il est également prévu l’ouverture de 2 000 comptes la première année et deux fois plus chaque année, avec la croissance par périmètre et la croissance par volume.

Le taux d’équipement sera linéairement estimé à 50%, tandis que l’on estime à 60-40, le ratio de performance entre les commissions et la marge d’intermédiation. Ce qui signifie que cette marge sera supposée représenter 40% du Produit national brut (PNB) et les consommations 60% du PNB.

Jean Daniel Obama

Check Also

Entrepreneuriat : Des jeunes mieux outillés dans la création d’emplois

L’évènement organisé par Youth Employment Services (Yes Cameroon) à Yaoundé jeudi 25  novembre courant, avait …