Deux centres d’excellence de cacao à implanter dans les régions du Sud et de l’Est

C’est dans le cadre du partenariat qui lie la Société de développement du cacao et le Programme d’aménagement et de développement intégré  de la boucle minière du Dja et de la zone frontalière adjacente.

La Société de développement du cacao (Sodecao) a signé le 02 octobre 2020 pour une durée de 15 mois, un marché visant à la création à titre pilote, d’une plantation cacaoyère moderne de 10 hectares, associée aux bananiers plantains et autres arbres fruitiers, dans les localités de Messamena (région de l’Est) et Meyomessi (région du Sud). Le samedi 11 et lundi 13 septembre 2021, les deux sites ont abrité les cérémonies de réception technique des prestations de la Sodecao.

C’est dans le cadre de la mise en œuvre du Programme d’aménagement et de développement intégré  de la boucle minière du Dja et de la zone frontalière adjacente (Padi Dja). A date, concernant ledit projet, la Sodecao a déjà produit et livré 12 000 plants de cacaoyers à haut rendement. 12 000 plants de bananier plantain, 200 arbres fruitiers (avocatiers et pruniers), la création au village Tessan (Est) d’une plantation moderne de cacaoyers de 11 hectares associée aux bananiers et autres arbres fruitiers entre autres.

« Nous sommes là dans le cadre d’un partenariat qui nous lie à Padi Dja, dans le cadre de la relance de l’économie cacaoyère dans notre pays. Le grand défi que nous devons assurer aujourd’hui c’est le problème de l’entretien. Nous rencontrons également une menace récurrente qui est l’absence de l’eau. Il va falloir trouver une solution à ce problème néanmoins, nous avons déjà engagé cette action dans nos autres champs en mettant en place un dispositif d’arrosage des plants » a rassuré Jean Claude Eko’o Akouafane, directeur général de la Sodecao.

Accroître les échanges commerciaux

Les deux technopoles ou champs écoles qui vont voir le jour  dans les deux régions explique Blondeau Talatala, coordonnateur du Padi Dja seront des centres de référence en matière de production de cacao dans le pays. Le projet va abriter un champ de démonstration d’environ 10 hectares, des bases vie pour les travailleurs et des unités post-récolte entre autres.

Une fois mis en place, les deux centres d’excellence vont permettre  au Cameroun d’accroitre ses échanges commerciaux avec les pays voisins pour le développement de la cacaoculture. Les agriculteurs vont disposer de plusieurs sources de revenus issues de leur exploitation pour lutter contre la pauvreté. Le directeur général de la Sodecao espère que ces deux structures permettront de créer des emplois non seulement pour les jeunes mais également pour les femmes.

Selon les chiffres officiels, la production moyenne nationale de cacao depuis la campagne 2015-2016 à 2019-2020 est de 250 286 tonnes. Le Cameroun est le quatrième pays producteur de cacao au niveau mondial, contribuant pour environ 5% de la production mondiale dans cette filière.

Jean Daniel Obama

Check Also

105 entreprises françaises s’engagent à accompagner l’agriculture durable en Afrique

L’objectif de la nouvelle plateforme devrait servir à faciliter pour ces pays africains, l’accès au …