Campagne agricole 2021-2022 : 530 jeunes à installer dans le domaine de la riziculture

Il s’agit concrètement de 30 places pour la campagne du mois d’août courant et de 500 places pour la celle de novembre 2021.

« Dans le cadre de la mise en œuvre de la convention entre le ministère de la Jeunesse et de l’éducation civique (Minjec) et la société camerounaise de production de riz (Scpr) et du Plan triennal spécial jeunes, le ministre de la Jeunesse et de l’éducation civique, Mounouna Foutsou, porte à la connaissance des jeunes Camerounais qu’il est ouvert une sélection de 530 jeunes garçons et filles, pour leur installation dans le village pionnier rizicole de seconde génération de Zina, département du Logone et Chari, région de l’Extrême-Nord, au titre de la campagne agricole 2021-2022 » peut-on lire dans un communiqué du ministre de la Jeunesse et de l’éducation civique (Minjec).

Le gouvernement précise que les jeunes retenus bénéficieront gratuitement des parcelles rizicoles aménagées des intrants agricoles et d’un suivi technique pour entretenir chacun sa parcelle sous l’encadrement de la Scpr et du Minjec et les récoltes seront automatiquement achetées par la Scpr. Il s’agit concrètement de 30 places pour la campagne d’août courant et de 500 places pour la celle de novembre 2021.

Sont concernés, les âgés entre 15 et 35 ans, inscrit à l’Observatoire nationale de la Jeunesse (ONJ) et intéressés par la riziculture et pouvant s’installer à Zina, durant la période des campagnes agricoles concernées. En 2020, le Cameroun avait pour objectif de produire 140 710 tonnes de riz pour une demande de 576 949 tonnes. Ce qui représente un déficit de 436 239 tonnes à importer. Le ministère de l’Agriculture et du développement rural (Minader), avait également annoncé un programme d’aménagement de 35 700 hectares qui devrait permettre, d’ici 2023, de fournir 350 000 tonnes de riz supplémentaires.

En outre, indique ce département ministériel, un programme d’aménagement de 35 700 hectares supplémentaires de périmètre hydro agricole est en cours d’exécution ; ce qui permettra de mettre sur le marché au moins 350 000 tonnes de riz blanchi à l’horizon 2023. Le déficit sera alors réduit à 86 239 tonnes de riz, si la demande n’augmente pas. Entre 2015 et 2018, les importations de riz du Cameroun se sont chiffrées à 652,6 milliards de FCFA, soit en moyenne 163 milliards par an.

Anne Solange Ngono

 

 

Check Also

Trois nouvelles initiatives de l’Union européenne pour lutter contre la déforestation

Ces mesures pour protéger l’environnement visent en priorité l’huile de palme, bois, cacao, café, soja, …