Cameroun, Tchad et RCA : La gestion de la transhumance transfrontalière préoccupe

Des  travaux se sont tenus pendant deux jours dans la capitale économique camerounaise dans le but de proposer des pistes pour  réduire le risque de conflits liés au déplacement des animaux entre le Cameroun, la RCA et le Tchad.  

La ville de Douala, capitale économique du Cameroun, a abrité du 27 au 28 septembre 2021, un atelier sur la réduction des conflits de transhumance transfrontalière entre le Cameroun, la République centrafricaine et le Tchad. Les travaux ont été organisés sous l’égide de l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), en collaboration avec l’Organisation internationale pour les migrations et le département paix et sécurité de la Communauté économique des Etats de l’Afrique Centrale (Cemac) entre autres.

Les conflits agro-pastoraux liés à la transhumance, pratique ancestrale au Cameroun et dans la sous-région, sont devenus une cause d’insécurité majeure à la frontière avec le Tchad et la République centrafricaine. Selon les données publiées en juin 2021 par le Suivi des mouvements de transhumance (TTT) mis en place depuis août 2020 dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua et du Nord, les alertes événements reçues sont en très grande majorité des cas de conflit agro-pastoral (84%). Ils sont survenus en raison des dégâts dans les champs, provoqués par le bétail, dans 98% des conflits.

L’outil indique également qu’entre le 1er et le 31 mai 2021, 209 alertes ont été reçues, dont 81% d’alertes événements et 19% d’alertes préventions. Sur les 170 événements conflictuels, 70 n’ont pas été résolus et 77 présentent encore des risques de représailles, notamment dans les arrondissements de Kette, Ouli, Garoua Boulai (Est), Meiganga, Ngaoui, Djohong (Adamaoua).

Les données actuelles du TTT montrent qu’en période de transhumance, 39 mouvements dont 28 massifs, comptabilisant 17 242 bêtes accompagnées de 254 personnes ont été recensées risquant de provoquer des conflits agro-pastoraux. Ils se composent de 21 mouvements de transhumance nationale, notamment dans la région du Nord, 18 mouvements de transhumance transnationale de la RCA vers le Tchad, du Cameroun vers le Congo et la RCA, de la RCA, du Tchad et du Nigeria vers le Cameroun.

Jean Daniel Obama

Check Also

Massif forestier de Deng Deng : Le Cameroun va actualiser les données des grands singes

Il est question pour Electricity Development Corporation d’estimer l’abondance, la densité et la distribution spéciales …