Aviculture : Le renouvellement des bureaux de l’Ipavic se prépare

Une réunion des acteurs de la filière pour les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest s’est tenue hier mercredi 13 octobre 2021 dans la ville de Bafoussam à cet effet.

La ville de Bafoussam, région de l’Ouest, a abrité hier, la réunion de sensibilisation des délégués de l’Interprofession avicole du Cameroun (Ipavic), pour les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest. Selon la répartition géographique de l’Ipavic sur le plan national, les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest composent un bassin de production. Le second bassin est composé des régions du Littoral et le Sud-Ouest.  Celles du Centre, Sud et Est composent le troisième bassin, tandis que les trois régions du Grand Nord (Nord, Extrême-Nord et Adamaoua) sont également constituées en bassin.

« La convocation de cette réunion intervient dans le cadre d’un groupe de travail interministériel mis en place par le gouvernement camerounais. Son objectif est de remettre en place les organes dirigeants de l’Ipavic sur le territoire national. Nous avons été élus en 2018. Cette réorganisation arrive donc à la fin de notre mandat et il est question de reprendre les bassins de production au sommet » explique Léopold Kamga, président Ipavic Ouest et Nord-Ouest.

Concernant la question sécuritaire dans la région du Nord-Ouest, Léopold Kamga explique que plusieurs producteurs de cette région ont abandonné leurs projets et vont désormais se ravitailler dans la région de l’Ouest. « Au niveau de la région de l’Ouest, nous essayons de les réarmer moralement. Certains se sont transformés en revendeurs de volaille. Ils viennent se ravitailler ici dans la région de l’Ouest et vont revendre le produit au Nord-Ouest. Cela permet à certains de maintenir leur capital » regrette le président Ipavic Ouest et Nord-Ouest.

Il faut préciser que depuis le 22 mars 2021, date de la notification à l’ambassade du Brésil à Yaoundé, de l’accord pour l’importation de produits aviaires, les aviculteurs camerounais se mettent en ordre de bataille. Ils souhaitent s’approvisionner en poussins d’un jour et autres œufs à couver. Au premier trimestre de 2021, l’Ipavic avait émis l’idée des vols charters  dans lesquels ils pouvaient s’approvisionner  en d’œufs à couver. L’objectif étant de réduire les coûts des importations.

Selon les chiffres du ministère de l’Elevage, des pêches et des industries animales (Minepia), sur la période allant de 2011 à 2016, la volaille a représenté environ 34,38 % de la quantité totale de viande produite au Cameroun.

Jean Daniel Obama

Check Also

Agriculture/Elevage : La GIZ va injecter près de 13 milliards FCFA pour les producteurs dans le Septentrion

Le programme ABC-Pader, issus de la coopération entre le Cameroun, l’Union européenne et l’Allemagne, compte …