Ambassade du Cameroun à Alger : Le nouveau challenge de Komidor Njimoluh

Celui qui occupait le même poste à Brazzaville depuis 2008 a été nommé mercredi (19 août 2020 NDLR) par le président de la République.

La bonne nouvelle du chef de l’Etat l’a surpris alors qu’il est en séjour à Yaoundé. Le Dr Hamidou Komidor Njimoluh ne retournera à Brazzaville au Congo que pour des adieux. Il est désormais le nouvel ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Cameroun auprès de la République algérienne démocratique et populaire.

Il a été nommé mercredi dernier par le président de la République, Paul Biya. C’est à sa résidence au quartier Cité verte (Yaoundé) que l’équipe de CT a recueilli ses premières impressions hier (jeudi 20 août 2020 NDLR). Un entretien chaleureux, une grande communion familiale et des interminables coups de fil. « Le chef de l’Etat me renouvelle sa confiance. Je suis l’un des hommes les plus heureux au monde. Je manque de mots pour lui expliquer ma gratitude.

Il n’y a que par le travail, le dévouement la fidélité et l’attachement aux valeurs acquises auprès de lui que je lui serai reconnaissant » confie-t-il. S.E Hamidou Komidor Njimoluh, docteur d’Etat en sciences politique, est l’une des figures sûres de la diplomatie camerounaise. Le petit-fils du roi Njoya, né en 1948 à Foumban, connait un parcours remarquable dans ce domaine.

Ministre plénipotentiaire hors-échelle, il aura été avant sa nomination comme ambassadeur au Congo le 19 février 2008, ministre conseiller à Pékin de 1997 à 2006. Il aura également servi le chef de l’Etat, Paul Biya, en qualité de conseiller diplomatique entre 1990 et 1995. L’ancien directeur des affaires d’Europe, d’Amérique et d’Océanie au ministère des Relations extérieures dans les années 1990 est également passé par l’ambassade du Cameroun en Arabie saoudite comme premier conseiller.

Consul général à Paris, puis chargé d’Affaires à l’Unesco. Ecrivain prolixe, cet artiste-chanteur revendique aussi un long parcours universitaire. Il est un ancien étudiant de l’Université de Yaoundé, de l’Université René Descartes Paris V, puis de l’Institut d’études politiques de Paris rue Saint Guillaume.

En plus de son doctorat d’Etat en science politiques (1979, I.E.P. Paris), il a un doctorat en relations internationales obtenu en 1980 à l’Institut des relations internationales du Cameroun, entre autres. Et il a été élevé à la dignité de Grand officier il y a quelques années par le président de la République.

Source : Cameroon Tribune du vendredi 21 août 2020