Agriculture : Un nouveau plan de relance de la filière tomate

Le programme va mettre l’accent entre autre sur le renforcement des capacités techniques de production et de transformation des fruits et l’appui des agriculteurs en intrants agricoles

Avec la fermeture des frontières depuis le 17 mars 2020, les producteurs camerounais de la tomate rencontrent actuellement d’énormes difficultés à écouler leurs stocks. Dans certaines villes à l’instar de Yaoundé, le cageot de fruits est vendu entre 1 500 FCFA et 2 000 FCFA contre 7000 FCFA en temps normal et parfois 12 000 FCFA lorsque le fruit se fait rare. Le gouvernement camerounais a décidé de trouver une solution à cette situation, afin de relancer la filière.

Le pays ambitionne de mettre sur pied, un plan de relance de la filière tomate dans les prochaines semaines. C’est ce qui ressort d’une réunion interministérielle tenue le jeudi 16 juillet 2020 à Yaoundé. « le plan de relance de la production locale de tomate en cours d’élaboration prévoit une série de mesures d’accompagnement dont l’identification des coopératives les plus impactées par le Covid-19, le renforcement des capacités techniques de production et de transformation des tomates et l’appui des agriculteurs en intrants agricoles » apprend-on du gouvernement.

La question de la transformation de tomate au Cameroun reste d’actualité, après la fermeture de la Société de conserveries alimentaires du Noun (Scan) dans la ville de Foumbot, il y a quelques années. La structure avait fait faillite il y a 20 ans et depuis sa fermeture, le Cameroun est de plus en plus dépendant des importations de tomate en conserve et en sachet. A l’instar des certains pays africains producteurs de tomate, le Cameroun manque d’infrastructures pour transformer les fruits de tomates. Selon certains spécialistes, cette situation provoque généralement une baisse de l’offre, avec pour conséquence l’augmentation des prix des denrées sur le marché.

Les conserves en aluminium et les sachets en plastique retrouvés dans les rayons des marchés locaux viennent pour la plupart des pays comme, l’Italie, l’Espagne, le Brésil, l’Algérie, la Tunisie, la Turquie, la France, les Etats-Unis, la Chine et même le Japon. Selon les statistiques officielles, la consommation moyenne annuelle de tomate au Cameroun est de 42 kg par habitant. C’est la culture la plus pratiquée dans le domaine du maraîchage dont 39% provient de la région de l’Ouest.

Jean Daniel Obama

Check Also

Trois nouvelles initiatives de l’Union européenne pour lutter contre la déforestation

Ces mesures pour protéger l’environnement visent en priorité l’huile de palme, bois, cacao, café, soja, …