30% de mangroves perdues au Cameroun chaque  année

A l’instar des autres pays, le Cameroun a célébré hier mardi 25 mai 2021, le Journée mondiale de la biodiversité. Les travaux concernant les enjeux de la protection de la faune et de la flore locales se sont déroulés par vidéo-conférence à la salle verte du Centre d’information et de documentation sur l’environnement de Yaoundé.

Le pays a adhéré à plusieurs initiatives internationales dans le cadre de l’environnement, à l’instar de la Conférence sur les écosystèmes de forêts denses et humides d’Afrique Centrale (Cefdhac) et ses réseaux. Le gouvernement appui également les initiatives REDD+ contre les changements climatiques, outre le soutien des microprojets de conservation-développement au bénéfice des organisations de la société civile.

L’appui à la gestion durable des parcs nationaux de Waza et Bouba Ndjida au Cameroun puis Sena Oura et Zakouma au Tchad font également partie de ces initiatives. Dans les régions de l’Est et du Septentrion, plusieurs plaidoyers sont menés pour la prise en compte des intérêts des groupes spécifiques (autochtones et locaux, femmes, jeunes, etc.) dans les processus politiques comme la révision de la forestière.

Des moyens financiers sont mis à contribution pour sensibiliser les populations sur la participation multi-acteurs au Processus REDD+ et la communication à l’endroit des communautés riveraines, des personnels de conservation et des leaders communautaires sur la lutte contre le braconnage, la conservation et la gestion participative des aires et espèces protégées.

En effet, le pays entend conserver, ou mieux, améliorer son potentiel en matière de biodiversité. Avec un taux de couverture forestière de 45 %, soit 22 millions d’hectares, le pays d’Afrique centrale détient le deuxième massif forestier du bassin du Congo. D’après un classement établi par le Fonds mondial pour la nature (WWF) en 2018, la biodiversité faunique et floristique du Cameroun occupe le 21ème rang mondial et le 4e rang africain.

Atouts

Grâce à l’initiative Biodev-2030 lancée en novembre 2012 à laquelle pays a adhéré, le Cameroun contribue par une approche multi-acteurs, à des engagements sectoriels respectueux de l’environnement pour enrayer le déclin de la biodiversité d’ici 2030 et restaurer plusieurs millions d’hectares de terrain et de forêt d’ici 2025. Le pays dispose de 92% des écosystèmes d’Afrique selon WWF.

Il faut préciser que le pays perd environ 30% de ses mangroves chaque année dans les zones côtières et maritimes. Le Cameroun possède l’un des plus grands massifs forestiers du bassin du Congo avec des forêts couvrant environ 45% du territoire national, dont 22% de la superficie nationale sont classés en aires protégées.

La riche diversité biologique du Cameroun comprend 8300 espèces de plantes avec 69 nouvelles espèces découvertes lors des inventaires de 2012-2013. Parmi ces espèces, 595 sont strictement endémiques au Cameroun. La faune Camerounaise renferme 335 espèces de mammifères, 913 espèces d’oiseaux et 542 espèces de poissons. Toutefois, 10% des espèces florales et 815 espèces fauniques sont menacées d’extinction.

Jean Daniel Obama

 

Check Also

Gouvernance : Le Cameroun va actualiser sa politique forestière 28 ans après

Jules Doret Ndongo, ministre des Forêts et de la faune (Minfof), vient de lancer un …