257 forêts classées au patrimoine de l’Unesco ont absorbé 190 millions de tonnes de CO2 en presque 20 ans

Il s’agit notamment des forêts du Sud-Est de l’Australie, de Sumatra, Honduras, Californie et du Canada.

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) vient de publier une étude scientifique sur les niveaux de dioxyde de carbone des forêts classées à son patrimoine mondiale. Ces forêts (257 sites au total) ont absorbé 190 millions de tonnes de CO2 entre 2001 et 2020, soit environ 20 ans. L’étude indique que cette quantité correspond à environ la moitié des émissions annuelles de CO2 rejetées par le Royaume-Uni.

Entre 2001 et 2020, dix des 257 sites évalués ont émis plus de CO2 qu’ils n’en ont capturé. Il s’agit notamment des forêts du Sud-Est de l’Australie, de Sumatra, Honduras, Californie et du Canada. L’Unesco précise que la situation pourrait s’aggraver dans les prochaines années. La forêt du bassin de l’Amazone par exemple absorbe chaque année 1,2 milliard de tonnes de CO2, mais ne libère que 1,1 milliard de tonnes, soit un bilan annuel de 100 millions de CO2 séquestrées.

Il faut préciser que l’agriculture est responsable de 16 à 27 % des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine. Les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) ont estimé que le protoxyde d’azote représente environ 6 % des émissions de gaz à effet de serre, et qu’environ trois quarts de ces émissions de N2O proviennent de l’agriculture.

La production d’engrais ammoniacaux représente environ 1 % de la consommation mondiale d’énergie et 1,4 % des émissions de CO2 (le processus nécessite de chauffer de l’azote gazeux et de le soumettre à des pressions pouvant atteindre 400 atmosphères, ce qui est très énergivore).

Anne Solange Ngono

Check Also

Gouvernance : Le Cameroun va actualiser sa politique forestière 28 ans après

Jules Doret Ndongo, ministre des Forêts et de la faune (Minfof), vient de lancer un …