2 500 milliards de dollars de la BAD et de la BERD pour le développement durable en Afrique

Le but de ce nouveau rapprochement entre l’institution africaine et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement est de financer le développement durable du secteur privé en Afrique.

Dynamiser la mobilisation de nouvelles sources d’investissement afin de contribuer à la réduction du déficit de financement annuel estimé à 2 500 milliards de dollars nécessaires au développement du continent africain. C’est le but de l’accord signé le lundi 17 mai 2021 à Paris entre la Banque africaine de développement (Bad) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd).

Dans un contexte dominé par la pandémie de Covid-19, la BAD et la Berd miseront sur le secteur privé pour accélérer cette reprise économique en Afrique. Le nouvel accord signé entre Akinwumi A. Adesina,  président de la BAD et Odile Renaud-Basso, présidente de la Berd permettra aux deux institutions de soutenir la croissance du secteur privé en Afrique.

Il s’agit également de soutenir les Etats africains face à l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les ressources de leurs pays et mobiliser davantage de financements privés pour aider ces pays à reconstruire des économies plus solides.

La lutte contre le changement climatique, développer les infrastructures vertes et résilientes, ainsi que l’accroissement des marchés de capitaux font également partie des priorités de l’accord. La BAD et la Berd se consacreront également à l’amélioration de l’environnement des affaires, au renforcement de l’économie réelle et à la mobilisation des investissements privés.

Pour mémoire, outre le cofinancement d’une centrale solaire à hybride dans la localité de Noor Midelt I au Maroc, les deux partenaires se sont aussi mis ensemble pour la mobilisation de 114 millions de dollars pour la construction de la centrale solaire photovoltaïque de 200 MW dans la localité de Kom Ombe en Egypte. Le projet marocain est développé par par Abu Dhabi Future Energy Company (Masdar), la société marocaine Green of Africa, et EDF Renouvelables, une filiale d’Électricité de France (EDF).

Anne Solange Ngono

Check Also

Gouvernance : Le Cameroun va actualiser sa politique forestière 28 ans après

Jules Doret Ndongo, ministre des Forêts et de la faune (Minfof), vient de lancer un …