105 entreprises françaises s’engagent à accompagner l’agriculture durable en Afrique

L’objectif de la nouvelle plateforme devrait servir à faciliter pour ces pays africains, l’accès au financement de l’agriculture et de l’agroalimentaire.

L’agriculture africaine dominante est celle de petites exploitations familiales subissant les aléas climatiques et l’instabilité des prix, utilisant peu d’intrants et d’irrigation, écoulant leur production sur des marchés limités et connaissant des goulets d’étranglement en amont et en aval des filières. On estime que 80% des exploitations (33 millions) ont moins de 2 hectares. Des goulots d’étranglement dont les sujets ont été débattus la semaine dernière en France, lors du sommet à Montpelier Afrique-France.

Agriculture-Livestock-Fisheries-Africa  (Alfa). C’est l’initiative lancée  mercredi 06 octobre 2021 au siège du Medef en France, en présence du ministre délégué chargé du Commerce extérieur et de l’attractivité, Frank Riester. Il s’agit du regroupant de 105 entreprises françaises des  secteurs de l’agriculture, l’élevage et la pêche couvrant toute la chaîne de valeur.

Il est question pour cette nouvelle plateforme de renouveler le partenariat entre la France et l’Afrique et mettre en valeur le savoir-faire agricole français. L’initiative est née en marge du sommet Afrique-France, tenu du 07 au 09 octobre coutant à Montpelier en France. La priorité pour ce nouveau projet sera accentuée sur les axes de la formation, la promotion des chaînes de valeur, des infrastructures logistiques et du financement. Pour Patrick Lawson, deputy head of concessions chez Bolloré Ports, en charge des infrastructures logistiques au sein d’Alfa il existe un véritable savoir-faire à la française.

Pour lui, il est important que tous les représentants du secteur privé apprennent ou de réapprennent à « chasser en meute ». Dans la même veine, François Burgaud, conseiller du président de Semae (l’interprofession des semences et plants) en charge des chaines de valeur a indiqué que « la question du financement de l’agriculture et de l’agroalimentaire, que cela soit au niveau de la petite agriculture familiale comme des projets agroindustriels qui pourraient entraîné cette agriculture familiale reste non résolue ».

Jean Daniel Obama

Check Also

Agrume : C’est la saison des mandarines

Depuis quelques semaines, les mandarines abondent sur les étales des marchés et dans les rues …